• Championnats du Monde Féminins




  • Championnats du Monde Junior 2017




  • Championnats d'Europe 2017




  • Championnats d'Europe 2017

Interview d'Eric Napoléon

Q : Bonjour Eric, cela faisait longtemps qu’on ne t’avait pas vu sur un championnat de France (CDF), est-ce important que tu vives ce genre de compétition d’un point de vue « pilote » ?

R : Depuis 2 ans, je cherche à ce que le staff du pôle France participe aux CDF en biplaces (20m et Open). L’année dernière Benjamin a pu accompagner une partie de son collectif féminin aux championnats de Montluçon. Ça participe à la réussite du groupe, j’en suis convaincu : la compétition c’est le dernier maillon de la chaine après les entrainements, les heures en salle de cours à travailler la méthode…

Accompagner nos pilotes en biplace face à la réalité des choses valide toutes nos séances de préparation. La recherche de machines n’est pas toujours simple mais cette année j’ai eu l’opportunité d’embarquer dans le tout nouveau DUO XLT d’Abbeville avec le jeune Victor Roussel, trésorier de son club et stagiaire au Pôle Espoir. Je tiens à remercier son club. Personnellement, c’est aussi pour moi l’occasion d’une analyse pertinente des résultats : être capable de comprendre les scores, j’ai vécu la course, vu des choses en l’air… Il est aussi évidemment très important de vivre les situations, d’essayer de performer sur les circuits proposés, de se retrouver confronté aux difficultés des pilotes pour ne pas perdre la réalité de la compétition et ses évolutions, ses tendances. Enfin, à titre purement personnel, j’ai revu tous mes amis des clubs côtoyés ces dernières 40 années, les jeunes et les moins jeunes, c’est aussi ça un championnat de France : revoir les copains ! J’aimerais d’ailleurs en voir plus, notamment dans les biplaces, emmener des plus jeunes, transmettre ce qu’ils ont vécu dans le haut niveau pour certains, certains le font, bravo ! Je pense sincèrement qu’on est capable aujourd’hui en France d’aligner 25 à 30 Duo-Discus et autres JanusC et DG500 ou Arcus dans une belle compétition nationale qui serait un lieu d’échange privilégié de notre mouvement. Il y a de l’envie, définitivement.

Q : Tu es venu avec un groupe de jeunes avant le championnat (Pôle Espoir), quel est l’intérêt de venir s’entraîner en plaine ?

R : Le premier trimestre de l’année est toujours dédié au « foncier » (ndlr : accumulation d’heures de vol et d’entraînement pour reprendre sur de bonnes bases) en développant des stages de « reprise » au Pôle France à Saint-Auban. Les situations aérologiques très très favorables en début de saison dans la région PACA nous permettent de proposer de bons entraînements et cela dès février ! Les pilotes ont alors la chance de diversifier leurs connaissances des différents systèmes : le vol de pente, le vol d’onde, le vol thermique. Cependant le vol de plaine reste le premier domaine d’expression en compétition pour nos jeunes qui rêvent de disputer les Mondiaux juniors (JWGC) ! Il est très compliqué d’imaginer la lecture du ciel de plaine en montagne… de choisir le bon rythme, de cheminer, d’oser sous les étalements, de tendre les arrivées… Autant de facteurs de réussite que seul un stage en plaine est capable d’apporter !

Q : On a pu te voir débriefer quotidiennement certains pilotes, tous n’avaient pas les mêmes objectifs selon les groupes dans lesquels ils évoluent, quels étaient-ils ?

R : En effet, sur ce championnat, il y avait pas mal de pilotes des différents collectifs que la FFVV prépare (ndlr : Pôle Espoir, collectif « relève », équipes de France). Ils ont ainsi eu la chance de se rencontrer en championnat, ce qui est très rare, d’échanger sur les vols, et de rencontrer certains pilotes des Equipes de France qui, par leur talent, participent au rang international de la France (ndlr : la France est 2ème au classement mondial IGC sur la base de ses 5 meilleurs pilotes). De nombreux jeunes étaient ainsi présents et ce n’était pas facile pour eux de scorer mais c’est aussi bon pour objectiver le chemin qu’il reste à faire. Le but est donc principalement pour eux d’apprendre plus vite au contact des seniors. Nous avons ainsi passé du temps à débriefer leurs vols, leurs choix etc... Quant aux pilotes déjà sélectionnés en équipe, ce CDF de début de saison est le meilleur moyen de retrouver la routine de vol, de s’évaluer, de corriger les manques techniques et de travailler les pistes de progrès dans la gestion de la course, maintenant, tôt, et avec une concurrence très élevée ! Enfin j’ai pu noter la présence de 5 femmes à ce championnat, j’aimerais en voir plus à l’avenir car je connais les limites du 100% masculin ou 100% féminin en championnat. J’espère en voir de plus en plus dans ces championnats de catégorie générale dans les années à venir pour bousculer définitivement les idées reçues, tout en gardant un championnat de France féminin très compétitif tous les 2 ans.

Q : De nombreux pilotes de clubs se demandent comment voler plus vite et se sentir plus à l’aise sur la campagne, que leur conseilles-tu ?
R : Je crois que pour se sentir bien, il est prépondérant de voler souvent mais surtout par tout type de temps. L’aisance est à ce prix !!! Il est bien plus bénéfique de tourner un 200 kilomètres à 52km/h de moyenne qu’un 300 à 110 ! Voler, juste rester en l’air, avec des conditions médiocres est la base de l’entraînement et participe largement à l’aisance, à la maitrise du pilotage, à la disponibilité.

Pour ce qui est d’aller « vite », je pense qu’il est essentiel d’avoir la volonté de faire de la très bonne sélection : avoir l’objectif de monter dans les meilleurs varios en regardant loin ! Il est également important d’avoir envie de faire planer sa machine, prolonger son vol en s’appliquant sur des longs cheminements sans avoir peur de faire d’assez grands changements de caps. Je crois voir que les jeunes veulent aller trop « tout droit », l’effet GPS ?... Enfin, il faut éviter les points bas qui font drastiquement baisser la moyenne, et pour ça ne pas hésiter à recoller dans la tranche de vol du haut pour profiter également d’une VP supérieure (ndlr : on gagne 5% de vitesse propre par rapport à la vitesse indiquée tous les 1000m). Pour finir, je conseille de toujours voler avec des ballasts. La charge change un planeur, le pégase n’est plus le même, et les performances en transition font entrer dans un autre monde tout en proposant d’autres contraintes… Dans tous les cas le ballastage oblige à développer les sensations, à régler son calculateur, utiliser le netto, … c’est la meilleure école !

Q : Quelles sont les échéances à venir pour le collectif des équipes de France ?

R : Je redécolle dans quelques jours avec un collectif composé de jeunes, des meilleures féminines et des pilotes de la classe club du mondial de l’été. On se déplace du 19 mai au 05 juin en République Tchèque afin de préparer les sites des championnats d’Europe (EGC) et Mondial Féminin (WWGC) 2017. Début juillet, de nombreux pilotes athlètes de haut niveau disputeront les CDF 18m/Libre/Féminin à la Roche-sur-Yon. Ça va encore être une belle fête sportive, au niveau relevé, et j’y serai en Ash25 avec Alain Chacqueneau encore une fois pour observer. Je suis aussi ravi de voir que le CDF classe club de Buno-Bonnevaux se remplit très bien. C’est le lieu privilégié d’entrée pour nos jeunes talents : ils essaieront de se placer parmi les meilleurs. A suivre de très près… En août, l’Equipe de France défendra ses couleurs aux WGC de Lituanie (ndlr : classes club/standard/biplace 20m). On espère de belle choses !! l’Equipe est solide mais rien n’est gagné ! Pendant ce temps, un autre collectif ira préparer les EGC 2017 libre/15m/18m en Angleterre à Lasham. L’été est chargé !... Enfin, en novembre, plusieurs pilotes iront participer à la finale des Grand Prix (FSGP) en Afrique du sud à Potchefstroom, site où sont construits les Jonker JS1 que nos pilotes utilisent en championnat 18m et Libre et qui font le bonheur des stagiaires au CNVV à St-Auban ! Enfin, et pour clôturer 2016, … nous serons début 2017 avec un groupe de 7 pilotes aux WGC à Benalla en AUSTRALIE pour les classes 15m/18m/Libre. La sélection est attendue avec impatience juste après les championnats de l’été mais certains pilotes ont déjà marqué des points !!

Propos recueillis le 15/05/16 par la rédaction de Planeur Info, FFVV tous droits réservés.

Liens :

- CDF Issoudun, le site du club : www.aeroclub-issoudun.fr/

- CDF Issoudun, les résultats : www.soaringspot.com/fr/cdf2016-issoudun/

- Aéro-Club d'Abbeville : aeroclub-abbeville.fr/?cat=19

Full Reviw on best bokkmakers by http://artbetting.net/
Download Premium Templates
Bookmaker No1 in The UK - William Hill by w.artbetting.net
logo

Saint-Auban // CNVV aérodrome 04600

FOLLOW US on this website and Facebook!