Guillaume Girard, pilote de l'équipe de France

on .

Guillaume Girard, pilote de l’équipe de France de vol à voile, s’est confié sur son vol à voile. Une interview tout en simplicité et en franchise.

 A quel âge as-tu commencé le vol à voile ?

J’ai commencé assez tard, à 20 ans, j’étais étudiant, personne dans ma famille pratiquait le vol a voile, c’est une famille qui est dans le milieu marin, donc dès que j’ai eu l’occasion je me suis mis à tous les sports aériens, j’ai tout essayé pratiquement. Mais ce qui m’a le plus marqué c’est le vol à voile.

D’où cette passion pour le vol à voile est-elle venue ?

Tout gamin, très tôt, je me suis passionné pour les oiseaux, puis en étant en école d’ingénieur j’ai eu l’occasion d’essayé le vol à voile.

J’ai fais une classe préparatoire puis une école d’ingénieur aéronautique ce qui me facilitait l’accès aux sports aériens et plus particulièrement le vol a voile, qui avait des aides, donc naturellement je me suis tourné vers cette discipline.

Depuis quand fais-tu de la compétition ?

J’ai commencé dès que j’ai pu, ma première compétition était en 1997, au bout de 3 ans de vol à voile. Ca a été une véritable révélation. La seule petite difficulté à laquelle j’ai dû faire fasse c’est le fait que j’ai commencé la compétition à 23 ans donc je n’ai pas eu beaucoup l’occasion de faire des compétitions juniors.

Tu as un beau palmarès à ton actif, as-tu toujours cet esprit de compétition, l’envie de gagner à tout prix ou est-ce le plaisir avant tout dorénavant ?

Mon plaisir c’est de faire la course et d’être devant, c’est l’exigence de la compétition de haut niveau qui me plait, dans la victoire comme dans la défaite. Donner le meilleur de soit c’est ca qui m’attire, l’exigence de la perfection, le fait que rien n’est jamais acquis.

En 2003 j’ai fait mon premier championnat de France et je suis entré en EQF directement après, en 2006 j’ai fait les championnats du monde où j’ai fait 6ème, ce qui était pour moi un super résultat.

Néanmoins avec les enfants c’était assez compliqué de concilier la vie de famille et la vie du haut-niveau donc à partir de 2006 j’ai fait un break de 10 ans. Au fur et à mesure je me suis rendu compte qu’il me manquait quelque chose que je n’avais pas, que je n’étais pas  allé au bout de ce que je devais faire.

En 2015 je m’y suis remis, mon objectif était les championnats de France, je les ai gagné, cela a été mon plus beau souvenir sportif. Puis en 2016, voyant que je pouvais aller encore plus loin que les championnats de France, j’ai fait mon premier championnat du monde, avec Louis. Louis a fait 1er et moi 3ème. Ca m’a rassuré et ca m’a remis dans la course, tant que je pourrais aller chercher un titre je le ferais.

Ce qui me fait le plus vibrer aujourd’hui c’est le vol à voile en équipe de France. Cet aspect collectif est important pour moi, c’est sport individuel mais avec  un vrai esprit d’équipe. Tous ensemble, en tant que coéquipiers, nous nous aidons beaucoup pendant les vols. J’aime ce côté à nous nous mettons au service du groupe, il n’y a pas de concurrence entre nous, ce n’est que de la coopération.

Avec Louis, humainement, ca nous a rapproché, tu vis les choses ensemble, tu crées des liens très fort, je ne pensais pas que ca aurait autant d’impact personnel, on s’enrichit sportivement et humainement, on a le goût de la gagne tout le temps, on est très vite accroc.

On ne peut être que fier quand on entend la marseillaise ou voir quelqu’un gagner ou être sur le podium, donner le meilleur de soit, gagner et faire gagner c’est être gagnant dans tous les cas.

Quels sont tes prochains objectifs ?

Je vais continuer à performer autant que je le peux, continuer en classe standard avec Louis car nous nous complétons bien, nous allons continuer à ramener des médailles, travailler ensemble. Dans quelques mois nous  allons nous entrainer ensemble en Italie, je veux élargir mon horizon, essayer des gammes de planeur différentes, je veux m’enrichir au maximum en volant partout.

Pour être en haut-niveau en vol a voile il faut de l’investissement en temps, ca nous prend des semaines, voir des mois par an donc naturellement il faut être entouré, soutenu par notre entourage, que chacun y trouve son compte, il faut trouver l’équilibre entre vie personnelle et vie sportive, c’est très important.

As-tu une préparation spécifique avant tout vol ?

Je fonctionne au carnet, j’écris tous mes vols, je note mes erreurs, les situations météo car j’ai cette soif d’apprendre. Avec ces notes l’objectif est de ne pas refaire les mêmes erreurs. Sinon je me maintiens en forme, je fais de la préparation physique avec de la natation et de la course à pied, je fais également de la préparation mentale. Avant j’avais tendance à douter, à être émotif en l’air, je croyais faire des erreurs alors que c’est le hasard du paysage. Je me mettais dans des états d’énervement, et c’est là que je commettais des erreurs. Avec cette préparation mentale, mon expérience m’apporte beaucoup, j’arrive à évacuer les pensées négatives ou mes doutes.

A travers mes carnets je revis mes vols, c’est une dimension supplémentaire dans le sport, ca m’a aidé même dans mon travail de tous les jours.

Comparé à la situation de l’année dernière que j’ai vécu en Lituanie où j’ai amerri dans un lac, tu relativises tellement face à des petits soucis quotidiens.

Le vol à voile ca m’a construit, ca m’a rendu responsable, c’est un sport de décisions et dans la vie de tous les jours les décisions nous en avons tout le temps. Pour gagner il faut prendre ses décisions, ne pas suivre ce que font les autres, suivre sa route, faire ses propres choix et prendre des risques, le vol à voile est un sport de vie.

Quand j’ai des moments de doute dans le vol à voile, je me pose la question  « pourquoi je fais tout ca ? » et c’est parce que je veux me rapprocher au maximum de l’oiseau, une passion pour moi, ca me permet de rebondir. La compétition c’est plus pour progresser. Si on prend un peu de recul sur ma projection de vie, ce qui m’anime c’est d’être le plus aérien possible, c’est plus de l’automatisme maintenant, je peux vivre mes vols à 100% et c’est que du plaisir !

Full Reviw on best bokkmakers by http://artbetting.net/
Download Premium Templates
Bookmaker No1 in The UK - William Hill by w.artbetting.net